Caméra 360 Nos tests

Nous avons testé la Kodak Pixpro SP360 4K

La Kodak Pixpro SP 360k en bref

La Kodak Pixpro SP360 4K est une modernisation de la caméra à 360 degrés Pixpro SP360. La nouvelle version comporte la résolution maximale 4K et a plus de portée sur l’axe vertical (elle n’a que 360 degrés de portée sur l’axe horizontal), ce qui vous permet  de capturer des expériences encore plus captivantes.

Cependant, cela est valable lorsque vous utilisez une Pixpro SP360 4K seule. Si vous voulez capturer une vision sphérique à 360 degrés du monde, il existe aussi le Dual Pro Pack, qui est le modèle qu’on m’a envoyé pour le test. Vous avez donc deux caméras SP360 4K que vous pouvez monter dos à dos avec les accessoires inclus. Ainsi, vous avez une vue de face mais aussi de dos. Vous pouvez ensuite assembler les deux ensembles.

Le système marche bien et l’enregistrement est de très bonne qualité pour une caméra 360, mais le Dual Pro Pack SP360 4K est encombrant à utiliser et le logiciel qui va avec est limité. Résultat, il faut s’armer de patience pour obtenir un résultat acceptable en prenant en compte tout le système, ce qui rend difficile de recommander pleinement la Kodak.

Kodak Pixpro SP 360k : première prise en main

La caméra SP360 4K a un aspect particulièrement cubique, et les bords ainsi que les coins de sa silhouette en plastique sont tranchants. Vous pouvez utiliser la SP360 4K seule avec une lentille bombée dirigée vers le haut, pour que le corps cubique de la caméra forme une base sur laquelle elle peut reposer. Vous obtenez donc un enregistrement horizontal à 360. Une partie de la perspective verticale en bas, souvenez-vous en lorsque vous cadrez. Vous pouvez considérer la perspective comme un panorama extrême.

Vous pouvez faire en sorte que la caméra filme ce qu’il y a en face d’elle et opter pour une perspective « plate », similaire à une caméra conventionnelle.

Les commandes pour l’obturateur et l’ajustement des fonctionnalités sont situées sur le côté. Il y a aussi un petit écran LCD sur le côté opposé avec lequel vous pouvez naviguer dans le menu du système. Sur un autre côté, les ports Micro USB, Micro HDMI et l’emplacement pour la carte microSD sont cachés sous une languette de caoutchouc.

Si la SP360 4K n’est certainement pas une caméra d’action, elle est étanche à l’eau, et doit donc supporter un peu de pluie. Cependant, le corps n’est pas renforcé et je soupçonne que sa structure plastique ne réagisse bien si elle devait rencontrer le sol, même si elle est censée résister aux chocs jusqu’à deux mètres de hauteur. La lentille est couverte par une lentille plastique qui la protège. Un capuchon d’objectif est également fourni.

Il est plus intéressant d’utiliser deux caméras pour un film entièrement sphérique. Pour cela, Kodak inclut une fixation double caméra en plastique. Vous devez visser chaque caméra, mais cette opération est plus délicate que je l’aurais espéré parce que vous devez trouver un outil qui convient, comme une pièce de monnaie, au lieu de simplement avoir deux vis à serrage manuel.

Une fois installée, la fixation bloque l’accès aux différents ports, ce qui signifie que vous devrez alors dévisser les deux caméras si vous voulez accéder aux cartes microSD ou si vous voulez les charger, ce qui peut être pénible, notamment à la fin d’une séquence de tournage.

A première vue, le point de montage qui se trouve sur la face inférieure de la fixation double caméra est similaire à celui des GoPro. Cependant, il est légèrement différent puisque les écrous filetés se trouvent à un autre endroit. J’ai pu monter certaines de mes fixations GoPro mais d’autres ne tenaient pas correctement.

Dans tous les cas, avec le Dual Pro Pack, vous recevez une perche à selfie télescopique ainsi qu’une fixation ventouse. Le pack comprend aussi une autre fixation conçue pour une seule caméra. Parmi les autres accessoires, un bracelet télécommande qui vous permet de contrôler jusqu’à cinq caméras à la fois, et une petite attache pour accrocher la télécommande directement sur la perche à selfie.

La télécommande fonctionne avec des piles de montre et la mienne s’est débrouillée pour me laisser tomber alors que je faisais le test. Je ne sais pas si je l’ai laissée allumée mais je ne l’ai vraiment pas tant utilisée tant que ça. La partie la plus énervante est d’enlever le compartiment à pile à l’arrière, opération pour laquelle une pièce ou quelque chose dans ce genre est nécessaire. J’ai réussi à enlever le plastique sur les côtés, qui est maintenant incroyablement difficile à enlever (désolé RP de Kodak). Du plastique plus solide aurait été le bienvenu.

Kodak Pixpro SP 360k : commandes, applis, wi-fi et logiciels

Les commandes latérales précédemment mentionnées servent à changer de mode. Plusieurs réglages peuvent être modifiés depuis la caméra, y compris la résolution, la perspective, la balance des blancs, ou encore la stabilisation de l’image. Le seul problème est que tous ces réglages sont représentés par des icônes monochromes sur l’écran LCD, et ils sont cachés au fin fond de menus intégrés.

Finalement, les instructions ressemblent à une carte de métro mais vous serez sûrement obligé de le consulter pour comprendre ce que chaque réglage change. Le système est plus complexe que nécessaire et vous devrez notamment changer les paramètres si vous utilisez une double caméra pour faire une vidéo sphérique.

Car pour avoir les meilleurs résultats, vous devrez désactiver la stabilisation d’image électronique sur chacune des caméras, la configurer au format d’image 1:1 pour vous assurer que toutes deux sont réglées sur une balance des blancs manuelle. Ce dernier point n’était même pas mentionné dans la notice. Je l’ai appris en faisant des essais, en me trompant, et en me rendant compte que mes prises d’image n’étaient pas tout à fait  harmonieuses à cause des différences de luminosité entre les caméras avant et arrière. Résultat, les ajustements de la balance des blancs automatique étaient différents. C’est le genre de désagrément qu’on évite généralement avec les doubles caméras 360 qui sont proposées en un seul appareil.

Vous pouvez toujours utiliser l’appli pour smartphone Pixpro de Kodak comme télécommande à la place. Ainsi, vous pouvez changer les réglages sur chaque caméra mais vous recevrez une mise en garde. Avec l’appli, vous ne pouvez modifier les paramètres que d’une seule caméra à la fois. Donc si vous avez choisi de les assembler en une double caméra, la vue en direct ne montre que la moitié de l’image et vous devrez vous connecter à chaque caméra séparément pour en modifier les paramètres. Encore une fois, ce ne sera sûrement pas un problème si vous n’utilisez pas deux caméras distinctes attachées par du ruban adhésif.

Une fois que vous avez fini de filmer, vous devez ensuite assembler les deux prises d’image avec le logiciel gratuit de Kodak, disponible sur PC ou sur Mac. Comme je l’ai dit, vous ne pouvez pas le faire avec une application. Vous devez alors jongler entre deux cartes mémoire et assembler manuellement vos séquences. Les deux cartes mémoires n’ont pas forcément un contenu identique si vous les avez utilisées séparément, alors j’espère que vous avez configuré la bonne heure et la bonne date sur chaque caméra, ce qui vous facilitera largement la vie.

Le logiciel est lui aussi minimaliste. Sélectionnez les deux séquences dans les deux sources (avoir deux lecteurs de carte aide à gagner du temps lors du transfert) et le logiciel vous dit s’il est possible de les assembler. Cliquez ensuite sur le bouton de synchronisation audio pour synchroniser ensemble les deux vidéos. Il peut donc être très utile de marquer le début de l’enregistrement par un signal sonore sur les deux enregistrements.

Fait énervant, l’assemblage n’est pas parfait du premier coup. Vous devrez ajuster des réglages individuels comme la vue panoramique ou l’inclinaison pour essayer d’obtenir un résultat harmonieux. Même à ce moment, les objets proches de la caméra se superposeront légèrement et les rajuster sera un exercice long et fastidieux. Même lorsque vous sélectionnez un moment de votre enregistrement et que vous réussissez à tout aligner aussi parfaitement que possible, si vous le regardez de nouveau, vous trouverez toujours d’autres endroits de la vidéo qui sont de travers si la caméra bouge.

Vous ne rencontrez pas ce problème de raccordement si vous ne filmez qu’avec une seule caméra mais vous perdez une grande portion de la partie inférieure du cadre. Une vidéo filmée avec une seule caméra peut être capturée jusqu’à 3 840 x 2 160 à 30 images par seconde si vous filmez à plat. En mode sphérique, vous êtes limité à 2 880 x 2 880 à 30 images par seconde.

Lorsque vous avez fini d’assembler ou d’éditer votre vidéo, le logiciel peut convertir la vidéo en fichier .MP4 et, bonne nouvelle, YouTube et Facebook les reconnaîtront comme des vidéos compatibles avec la VR sans que vous n’ayez besoin d’intervenir, sur les métadonnées par exemple. Une fois vos vidéos téléchargées, vous pouvez vous déplacer dans le panorama ou tenter l’expérience VR pour lire la vidéo dans le casque de votre choix.

Caractéristiques principales

  • Champ de vision à 360 degrés
  • 12,76 mégapixels BSI CMOS de 1/2,33″
  • Des vidéos jusqu’à 3840 x 2160 px
  • Ouverture à f/2,8
  • Stabilisation d’image électronique
  • Connectivité Wi-Fi et Bluetooth
  • Autonomie batterie : 2.7 heures
  • Constructeur : Kodak
  • Prix conseillé : 450€

Points forts

  • Bonne qualité vidéo 4K
  • Options polyvalentes d’enregistrement multi-caméra
  • Bonne gamme d’accessoires inclus

Points faibles

  • Prise de vue double-caméra compliquée
  • Difficile d’assembler des enregistrements
  • La caméra ne semble pas si solide

Laissez un commentaire